compteur de visite Les nouveaux barbares - lavoixducitoyen.overblog.com
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mariage pour tous, société, politique, débat, humour et humeur

Les nouveaux barbares

17 Octobre 2014 , Rédigé par M.de Fubi Publié dans #politique, #Enfants, #mariage pour tous

Les nouveaux barbares

Si le mot barbare est malheureusement d’actualité ce n'est pas pour commémorer la chute de Rome. Non, les nouveaux barbares ne sont ni incultes ni grossiers, ni même violents. Le philosophe Roger-Pol Droit s’interroge, alors que l'actualité rapporte chaque jour les barbaries de l'Etat Islamique, dans Les Echos du 3 octobre 2014, sur ce que l’on appelle «barbarie». Il développe la définition suivante.

« La barbarie consiste avant tout à rompre le lien humain, à faire taire empathie et compassion », il continue « le corps de l’autre n’est plus qu’une chose, un objet, un moyen. C’est là le point décisif ».

La rupture avec l’humanité, le corps objet, sont les caractéristiques de la barbarie. Si cette définition colle parfaitement aux exactions de l’État Islamique -et c'est l'objet de la tribune de Roger-Pol Droit- ou à certains gangs de banlieue, il ne faut en aucun cas réduire la réflexion à cet unique champ. Voici trois barbaries modernes, que l’on appelle respectivement et pudiquement "médecine reproductive", "libéralisation des mœurs" et "régulation des naissances".

La médecine reproductive

La PMA, comme la GPA rompent le lien humain en cela qu’elles permettent de créer des enfants sans filiations, des « objets » , un « moyen » pour satisfaire un besoin. Le corps de la mère porteuse devient un moyen de se procurer un bien, et il la « mère porteuse » n’aura plus de lien avec le petit d’homme qu’elle aura porté et façonné neuf mois durant. La science, invite l’homme à « ne renoncer à aucun moyen de parvenir à ces fins » ! « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme », disait Rabelais… Le comportement de transsexuels est à ce titre éloquent.

La libéralisation des mœurs

La sexualité libérée, la prostitution, la déconnexion entre amour et sexualité, entre sexualité et reproduction, conduisent à ce que le corps de l’autre devienne « un objet, un moyen » pour satisfaire son plaisir. Une civilisation qui érige en principe, en valeur, la satisfaction à tout pris, des envies, porte en elle un germe de barbarie.

La régulation des naissances

L’avortement, est une rupture fondamentale du lien humain, le « corps de l’autre » en l’espèce l’embryon, dépend du choix de d’autre de le laisser vivre ou non, et cette rupture sera tellement violente, pour chacun des deux être humains !

D’un côté notre civilisation s’améliore -en prenant les postulats ci-dessus développés- avec par exemple la pénalisation de la prostitution ou le refus de la peine de mort -dans les deux cas il s’agit de mieux respecter le corps de l’autre. Par ailleurs elle installe et autorise en modifiant notre droit des comportements barbares, tels la PMA, la GPA, l’euthanasie ou l’avortement. Les progressistes sont à n’en pas douter, des nouveaux « barbares » qui s’ignorent. Ils détiennent à la fois le pouvoir (de légiférer) et l'autorité (de décréter ce qui est bon, bien), à la manière d'une dictature

Mais gardons nous de tomber dans le piège, la barbarie étant par définition humaine...Humilité.

« La barbarie consiste avant tout à rompre le lien humain, à faire taire empathie et compassion »
« le corps de l’autre n’est plus qu’une chose, un objet, un moyen. C’est là le point décisif ».

Roger-Pol Droit - Les Echos 3 et 4/10 p.12

Partager cet article

Commenter cet article

Bernard Fa 07/11/2014 16:44

Mon cher M De Fibu, je ne vous connaitrais pas, je penserais que vous êtes vous-même un barbare imbu de votre personne dont l’intolérance n'aurait d'égal que la prétention de régir le monde... Mais, comme j'ai longtemps disserté avec vous, je sais qu'il ne s'agit que d'un malentendu...
Vous exprimez dans cet article des opinions. La manière d'aborder ces opinions me sidèrent complétement:
-vous parlez de PMA sans discuter un seul instant du sens "médical" du process. Il y a la PMA qui pallie un problème médical et la PMA qui n'a rien de médical. J'ai bien saisi votre opinion sur la seconde. Je dois avouer que, sans avoir un avis aussi trancher que le vôtre, je me pose des questions. Quand à la véritable PMA, je peux vous assurer que mes trois enfants issus d'une FIV sont bien lié à moi, par le sang, leur génitrice et mes cellules d'origine... J'ose espérer que vous ne remettez pas en cause ce grand progrès qui permet de résoudre des pathologies médicales.
-Quant à la GPA, c'est un autre sujet...
J'ai juste une dernière remarque sur la forme. Je la trouve assez agressive et, les exemples utilisés sont assez extrêmes. En tant qu'indécis, cela a pour conséquence de me faire pencher de l'autre coté de celui que vous défendez...
Bien amicalement,
Bernard

MdF 15/11/2014 18:39

Je pense qu'il fallait lire jusqu'au bout : "humilité".
J'ajouterai volontiers la prostitution organisée comme étant "barbare".

MdF 07/11/2014 23:27

Que dis je sinon que certaines pratiques visent à rompre le lien humain. La PMA pour les couples qui ne peuvent avoir d'enfant, vise à rétablir ce lien ! Lien que d'ailleurs cher ami vous décrivez avec vos tripes, car il est tripale. Ce sont les PMA pour les couples de même sexe féminins et les GPA pour les couples de même sexe qui par construction rompent le lien humain. Ainsi le fait d'assouvir une envie noble (un besoin ? ) qui par construction ne devrait pas l'être ( manquer ? ) fait il passer ses personnes au rang de barbare, selon la définition qu'en donne le philosophe Roger Pol Droit.