compteur de visite Du laisser mourir au faire mourir - lavoixducitoyen.overblog.com
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mariage pour tous, société, politique, débat, humour et humeur

Du laisser mourir au faire mourir

21 Décembre 2014 , Rédigé par M.de Fubi Publié dans #politique

Du laisser mourir au faire mourir

La proposition de loi visant à assurer aux patients le respect de leur choix de fin de vie, est, me semble-t-il, la fin d'un processus. Elle sera examinée à compter du 21 janvier 2015

On choisit désormais d'accueillir la vie ou pas, quand cela nous "arrange" : avortement...

On choisit d'accueillir le handicap, ou pas : avortement dit thérapeutique...

On choisit également d'être homme ou femme, de devenir l'un ou l'autre, selon son envie : gender

Demain on pourra décider de mourir, puisque ce projet de loi vise à passer du "laisser mourir" (la loi Léonetti et les soins palliatifs) au "faire mourir". Il s'agit d'installer un nouveau droit, celui de mourir. Ce droit, selon les auteurs est une "liberté". Cela est lourd de conséquence. La vie humaine fait ainsi l'objet d'une sélection du début à la fin sur la base de critères légaux. L'homme dispose ainsi pleinement de ce qu'il n'a pas créé (pour l'instant) : la vie.

Par ailleurs l'installation des directives anticipées à pour objectif de simplifier l'accès au droit. C'est négliger l'instinct de survie propre à chaque être humain.

Et une fois de plus, les mots, à défaut de changer la réalité, sont pervertis par la loi : "Est réputée décédée de mort naturelle la personne dont la mort résulte d’une euthanasie ou d’un suicide médicalement assisté mis en œuvre selon les conditions et procédures prescrites par le présent code". Ainsi une personne qui se suicide, ou est euthanasiée est réputée morte naturellement. Même le mot "mort" aura été piraté ! Le tout étant bien sûr financé par notre sécurité sociale.

Tout comme le mariage pour tous, cette loi va rompre un équilibre fragile, et entraîner des dérives inattendues. Et une fois de plus l'exception -notamment le suicide qu'il ne nous appartient pas de juger- devient la règle.

La solution serait de ne pas se contenter du « laisser mourir » autorisé par la loi de 2005, mais autoriser le « faire mourir », encore prohibé ... La législation doit donc être en mesure d’apporter un cadre à chaque citoyen afin d’offrir à chacun la liberté de choisir sa mort

Projet de loi

Partager cet article

Commenter cet article