compteur de visite Syrie : 8 septembre, témoignage de Monseigneur Samir Nassar - lavoixducitoyen.overblog.com
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mariage pour tous, société, politique, débat, humour et humeur

Syrie : 8 septembre, témoignage de Monseigneur Samir Nassar

8 Septembre 2013 , Rédigé par M.de Fubi Publié dans #politique

Syrie : 8 septembre, témoignage de Monseigneur Samir Nassar

Témoignage et photo lavoixducitoyen@overblog.com.

Ce matin, 8 septembre 2013, l'assemblée à dominicale de la paroisse de Montchat à Lyon 3ème a eu la joie d'accueillir l'archevêque de Damas pour concélébrer la messe dominicale. Il a offert à la fin de l'office un témoignage de la situation en Syrie et plus particulièrement des syriens.

Il a commencé par préciser que "le conflit syrien, est devenu trop compliqué, local, national, international.... On ne sait plus vraiment". L'essentiel suit : "C'est d'un peuple qui souffre dont il s'agit ; un pays dont 1/3 des habitants est désormais sans domicile, une grande souffrance...". Il a rappelé très justement que la Syrie vit depuis deux ans désormais sous embargo : rien ne rentre ni ne sort. (NDLR: il convient ici de reprendre les propos de Roland Dumas sur l'aspect "préparé de la crise syrienne"). La diaspora syrienne ne peut donc aider les siens restés au pays. Ainsi nous dit-il "les gens meurent sur place en silence soit sous les bombardements, à cause des voitures piégées, des enlèvements -une minorité de malfaiteurs a su trouver intérêt à ce désordre- ou de faim le pays n'étant plus alimenté". La seule chose qui reste nous précise l'archevêque maronite de Damas, c'est la famille ! (NDLR : Celle la même que le socialisme français s'empresse de détruire brique par brique). Mais cette famille est "fragilisée, par la mort par exemple du père de famille ou le manque de soins, pour soutenir cette tâche". Le peuple syrien souffre et appelle notre prière a-t-il conclu.

Fort de ce témoignage, il appairait clairement, qu'en aucun cas une intervention militaire et mieux encore les inévitables dégâts dits "collatéraux", ne saurait améliorer la situation humanitaire du peuple syrien. Ce n'est pas de la guerre dont les syriens ont besoin, mais de la paix. L'intervention occidentale, d'évidence "hors-sol" ne fera qu'exacerber les tensions et par la même la précarité des syriens.

Partager cet article

Commenter cet article

Oleg 09/09/2013 11:54

Merci pour ce témoignage, édifiant et grave. Pour avoir moi-même vu le prélat et discuté avec lui, je fus saisi de sa grande dignité, de son absence totale d'animosité : bienheureux les coeurs purs...