compteur de visite Mariage homo, genre : l'homme divisé, isolé - lavoixducitoyen.overblog.com
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mariage pour tous, société, politique, débat, humour et humeur

Mariage homo, genre : l'homme divisé, isolé

28 Juillet 2013 , Rédigé par M.de Fubi Publié dans #mariage pour tous, #Genre

Pour bien comprendre l'enjeu de la PMA proposée actuellement au Sénat pour les couples homosexuels.

L'homme est un individu composé de trois réalités :

  • le corps (le "soma")
  • la psychologie (le "psyche")
  • et l'esprit (le "pneuma")

L'individu est un être humain considéré comme "une unité distincte", selon le Petit Larousse. L'être humain est un individu, du latin individuum, indivisible. Ainsi le corps, la psychologie et l'esprit forment une même unité intrinsèque. Ces différentes réalités composent les différentes dimensions de notre vie*, d'une vie unique :

  • un être sensible, de chair, une réalité biologique
  • un être intelligible, qui réfléchit, qui a des sentiments,
  • un être qui croit, qui est en relation, un être de religion , du latin religere, relier.

La théorie du genre et le mariage pour tous avec l'évolution de la filiation viennent diviser l'individu. L'homme dans sa folle recherche de la liberté** absolue, divise ce qui ne peut l'être par essence ; pourquoi :

  • Le corps est celui qui transmet la vie, le genre comme le mariage pour tous permettent de transmettre la vie par des artifices (PMA, GPA) sans le corps, sans le patrimoine biologique des parents. L'homme est alors séparé de ses origines, il sépare également sa vie sensible de sa vie d'intelligence.
  • La théorie du genre prescrit que le psyche décide du soma. Dès lors que je choisie mon "genre", je nie la réalité biologique, celle de mon corps : je me sépare, je me divise. La division est la source de grandes souffrances.
  • Comment un être humain divisé peut-il entrer en relation ? avec Dieu ou les hommes ? Le souffle passe alors au travers de cet être laminé, il ne peut l'irriguer.

    L'homme divisé ne peut entrer en relation, il est isolé, seul, fragile, manipulable.

*Le poids de chacune de ces dimensions est différente selon les individus

**La liberté ce n'est pas d'effacer toutes les limites, s'il n'y a plus de limites, il n'y a plus de possibilité de sortir du cadre... plus de cadre, plus de liberté.

Partager cet article

Commenter cet article

JFK 30/07/2013 14:18

Je suis atterré de lire, et les articles de M de Fibu et les commentaires que vous y mettez! Si je vous comprends bien, il faut se placer dans la situation suivante: un papa + une maman + pleins d'enfants.... Vous voudriez pas qu'on impose aussi aller à la messe le dimanche, à confesse régulièrement, être scouts, lutter contre les juifs qui inonde le monde grâce à leur complot.... Ok, je vais volontairement loin pour choquer un peu (et je ne pense pas tout ce que j'écris). MAIS:
-défendre une cause en argumentant, c'est bien mais argumenter uniquement à charge, c'est extrémiste. (pourquoi les enfants d'homo seraient plus malheureux que des enfants d'hétéro ou de parents divorcés...)
-vous dites tous que la société pars en couilles (ok, pas en ces termes mais c'est ce qui ressort des écrits), mais quelle societé voulez vous? (celle où les noirs sont des esclaves, celle où l'on porte des étoiles de couleurs pour se repérer, celle où un roi élu par Dieu dirige la France,....)... Désolé, mais votre vision manichéenne de l'évolution de la société me semble légèrement n'être qu'un jugement de valeur sans fondement. Je n'ai lu personne me dire ce que sera probablement demain (et ceux qui se réfèrent à la SF n'ont quà lire les romans les plus marquants du genre pour voir qu'on en est loin....).?
-je n'ai pas lu non plus que le débat sur la PMA/GPA entrait dans son réel cœur. Jean, dans les comm, parle de l’œuvre de dénaturation de l'humanité. Bon, je le laisse repartir à l'age de pierre à bouffer des radis sauvages mais, soyons sérieux, oublions le délire philosophique et reportons le débat sur les questions sociétales. Pour moi, la PMA/GPA, en étant accessible par tous, en dehors de déficience médiale pose une question simple: accepte t on qu'un enfant soit issu d'un achat. (cf chirurgie esthétique)...
-bref, j'ai un peu l'impression d'être au milieu de personne qui, au nom de leur morale, impose aux autres la conduite à tenir....

JFK 31/07/2013 10:05

Mon commentaire est une réaction globale à votre combat que je ne comprends pas...
Concernant votre article précisément, il théorise ce qu'est l'homme d'une manière qu'on peut récuser. Cet article n'est qu'un devoir de philo et aucune vérité n'en sort. La théorie des trois réalités telle que vous l'appliquez est, à mon sens, fausse. Je vais essayer de contre argumenter vos affirmations:
"-Le corps est celui qui transmet la vie, le genre comme le mariage pour tous permettent de transmettre la vie par des artifices (PMA, GPA) sans le corps, sans le patrimoine biologique des parents. L'homme est alors séparé de ses origines, il sépare également sa vie sensible de sa vie d'intelligence."
Premier élément de réponse, je distingue le patrimoine génétique (biologique) du patrimoine sociétale. L'homme s'élève par la manière dont il est éduqué et dont il s'insère dans la société. Le patrimoine biologique n'a pas de valeur en tant que tel. Évidemment, pour se construire, les enfants adoptés (par exemple) recherchent systématiquement leurs origines. Mais cela s'explique par la sensation de déracinement. La situation est tout autre pour des enfants orphelins dont les parents sont décédés. Que ce soit pour un couple homo ou hétéro, ce sera pareil. Même si je ne défends la PMA/GPA, la situation pour les enfants sera celle du second cas... donc, pas de difficulté à se construire.

"-La théorie du genre prescrit que le psyche décide du soma. Dès lors que je choisie mon "genre", je nie la réalité biologique, celle de mon corps : je me sépare, je me divise. La division est la source de grandes souffrances."
On peut remettre en question cette fameuse théorie du genre. De plus, comment expliquer que les personnes dans certaine situation vivent extrêmement mal leur genre. D'une, les homosexuels ne sont pas malheureux & de deux, je ne vois pas ce que viens faire cette théorie pour les enfants.

"-Comment un être humain divisé peut-il entrer en relation ? avec Dieu ou les hommes ? Le souffle passe alors au travers de cet être laminé, il ne peut l'irriguer. "
AHHHH le mot est lâché: DIEU. Bon, si tant est qu'il existe, est sensé ne pas juger les hommes et les guider... J'ai peine à croire qu'un homosexuel ou un enfant d'homosexuel aurait des difficultés à vivre sa religion.
Mais voilà, on revient à l'un des fondamentaux: le mariage pour tous reste un problème d'acceptation vis à vis des religions. Je n'ai pas vraiment de religion, quoique je partage les enseignements positifs des grandes religions. Là, je rentre dans un autre grand débat.
Pour conclure et essayer d'avancer (me faire avancer et adhérer à votre cause ou alors vous entraîner dans ma pensée), j'ai une question: pouvez vous, factuellement, me fournir les éléments sur les réelles conséquences de l'adoption de cette loi (aller, soyons fous, mettons dans le lot la GPA et la PMA...)?

MdF 30/07/2013 22:49

Je ne vois pas le rapport entre l'article et votre commentaire. L'article n'est pas moralisateur ou une opinion, il pose d'une maniere precise et documentée un problème de fond : peut on saucissonner l'homme ? Le fait de se poser la questions acheter un être humain est un début de réponse.

Olivier 07/05/2013 20:51

L' intuition du moment : un individu qui change de genre, c'est un individu qui consomme plus : l'arc en ciel au service du billet vert ?

Teyssier Marc-Yvan 30/04/2013 22:34

en grec cela s'appelle le diabolos : le diviseur !

Oleg 03/05/2013 19:13

Et en latin on dit "divide et impera" : divise et règne. Décortiquer l'humain, pour mieux l'assujettir, là est la nouvelle utopie qui nous attend, et contre laquelle il faut déjà lutter. Contre la loi du genre, faisons nombre !

Marc 27/04/2013 22:54

Cela a été une "révélation" : à transmettre. Quand l'individu est dépecé...

Olivier 26/04/2013 19:31

Merci pour l'article et bienvenue dans "Le Meilleur des mondes" : "Les gens sont heureux, ils n'ont plus besoin de rien, ils ne sont plus encombrés de père ni de mère." A. Huxley.