compteur de visite De la race à l'ethnie : la force des mots - lavoixducitoyen.overblog.com
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mariage pour tous, société, politique, débat, humour et humeur

De la race à l'ethnie : la force des mots

22 Mai 2013 , Rédigé par M.de Fubi Publié dans #politique

Le mot "race" est supprimé du code civil. Cela fait suite à la petite phrase du Président "il n'y a pas de place dans la République pour la race" (discours du 10 mars 2012).... C'est vrai. On s'en moque de la race.


Pour autant les sanctions associées à des actes racistes ou à caractère racistes continueront d'avoir effet. Le texte est sponsorisé par le Front de Gauche au titre d'une "incohérence de notre droit qui s’appuie sur un concept infondé". Pourquoi supprimer le mot race, au motif d'un "concept infondé", et maintenir le racisme, soit le fait de discriminer un individu pour cause de race... Donc le racisme existe mais pas la race ? C'est quoi ce délire ! C'est le racisme qu'il faut combattre.

Il faut y voir une conséquence de l'égalité absolue, totale, normative. Quelle est cette lubie de supprimer toutes les différences ! La différence nous enrichit, elle est à la source de la vie biologique. Est-ce encore un moyen de séparer l'homme de ses racines, de rompre son unité ? S'il n'y a plus de noirs, de jaunes, d'arabes ; s'il n'y a plus d'amérindiens, d'indo-européens, d'asiatiques, d'africains, bref plus de races, il n'y a dès lors plus de racines. Le "Littré" nous éclaire, la race dit Emile Littré c'est "Tous ceux qui viennent d'une même famille". Et il complète la définition générale par une autre acception, celle qui nous intéresse ici : "Il se dit quelquefois d'une classe d'hommes se ressemblant ou par la profession, ou par les habitudes, ou par les inclinations ; en ce sens il a quelque chose d'ironique ou même d'injurieux.". C'est donc à la différence que le législateur s'attaque en l'espèce. La définition livrée par le Larousse est tout autre : "Catégorie de classement de l'espèce humaine selon des critères morphologiques ou culturels, sans aucune base scientifique et dont l'emploi est au fondement des divers racismes et de leurs pratiques. (Face à la diversité humaine, une classification sur les critères les plus immédiatement apparents [couleur de la peau surtout] a été mise en place et a prévalu tout au long du XIXe siècle. Les progrès de la génétique conduisent aujourd'hui à rejeter toute tentative de classification raciale chez les êtres humains.)". Le Larousse est en avance sur le droit.

Le mode opératoire désormais rôdé est de changer une réalité (le racisme) en en changeant les mots, voire en les faisant disparaître. Il en est ainsi du "mariage" : changer le sens du mot permet d'introduire une nouvelle réalité. La démarche, faible en droit, faible en lettre, introduit également une nouvelle réalité, puisque le mot race est dans certains cas remplacé par le mot « ethnie ». Y a-t-il, pour plagier François Hollande, une place pour « l’ethnie » dans la République ? Cela est contraire au pacte républicain et à la logique d’assimilation.

La prochaine étape est de supprimer le mot de la Constitution lors de la révision constitutionnelle du 22 juillet 2013.

Il s'agit là d'une nouvelle forme, très puissante puisque difficilement contrôlable, d'asservissement du peuple. Et nos élus n'ont-ils pas plus important à traiter que ce gadget ?

Partager cet article

Commenter cet article